Bulletin d'actualité N°69 Juillet-Aout 2014



Opération Sangaris

© EMA

Le 6 juin, sur la base opérationnelle de Bouar, le groupement tactique interarmes (GTIA) "Dragon" a été relevé par le GTIA "de Boissieu". Le GTIA "Dragon" s'est déployé dans l'ouest de la RCA à partir du mois de mars, sur l'axe logistique principal reliant Bangui au Cameroun. Il était composé de l'état-major et des pelotons du 12e régiment de cuirassiers, de sections du régiment de marche du Tchad, d'une compagnie du 3e régiment parachutiste de marine et d'un détachement de renfort. Ce déploiement dans l'ouest de la RCA avait plusieurs objectifs : appuyer la montée en puissance et le déploiement de la MISCA, assurer à ses côtés un niveau de sécurité minimal au profit des populations centrafricaines, mais aussi permettre la reprise des échanges commerciaux entre Bangui et le Cameroun. Ce sera désormais au GTIA "de Boissieu" d'assurer ces différentes missions. Pour rappel, environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l'opération Sangaris.



Nouveau navigateur Epsilon10

© Focus Defense

Le nouveau navigateur terrestre Epsilon10 de Sagem (groupe Safran) vient d'être retenu par Renault Truck Défense (RTD) pour équiper sa chaîne d'électronique de véhicules "Battlenet Inside" destinée à la numérisation des véhicules de combat. Lancé à l'occasion du salon Eurosatory, ce nouveau navigateur a été développé avec le soutien de RTD qui apporte son expertise en matière de véhicules de combat et son soutien aux essais terrain. Epsilon10 est basé sur la technologie des gyroscopes vibrants. Il est ne fait appel à aucune pièce mobile et son capteur inertiel se caractérise par une robustesse et une fiabilité inégalée. Epsilon10 fournit au véhicule des informations de cap et de positionnement en cas d'absence prolongée de réception du signal GPS. Il répond aux besoins des véhicules opérant dans les environnements numérisés. A Eurosatory, l'Epsilon10 était intégré au VAB Mk3 et au Sherpa Light version "forces spéciales" exposés sur le stand de RTD.

Exercice franco-indien Garuda


© IAF
Quatre avions de combat Rafale et un avion ravitailleur C-135FR ont été déployé, du 2 au 13 juin, sur les bases indiennes de Jodhpur et d'Agra, dans la province du Rajasthan pour participer à l'exercice Garuda V. C'était la première fois qu'un détachement de Rafale participe à cet exercice aérien franco-indien qui vise principalement à confronter les modes opératoires et expériences de chaque armée de l'air. La précédente édition ayant eu lieu en France avait vu la participation de six chasseur Su-30MKI de l'Indian Air Force. Pour les aviateurs indiens, Garuda leur permet surtout de découvrir les bases des procédures Otan pour gagner en interopérabilité. Le programme de l'exercice franco-indien est progressif, passant de missions simples (combat 1 contre 1) aux missions plus complexes comme le COMAO (Composite air operation). Le général Denis Mercier, chef d'état-major de l'armée de l'Air, a rencontré le détachement français composé de 91 aviateurs



Faire cohabiter éoliennes et radars

© Armée de l'Air

Pour rendre les champs éoliens plus compatibles avec les contraintes de la navigation aérienne civile et militaire, l'Office national d'études et de recherches aérospatiales (Onera) et Airbus Defence & Space (ex-Astrium) poursuivent des tests de mesures et d'analyses sur les premières pales furtives dans l'usine de Blanquefort, en Gironde. Cette démarche vise à démonter que la signature radar peut être 100 fois inférieure à celle d'une pale standard qui équipe une éolienne. Les champs éoliens ne font pas bon ménage avec les radars militaires où dans certains cas les opérateurs ont des difficultés à interpréter les pistes sur leurs écrans. La pale furtive fait appel à une couche d'un matériau absorbant ainsi qu'un mince film réfléchissant qui engendrons moins d'effets parasites sur certaines plages de fréquence. En terme de surcoût, Astrium précise que l'impact sera faible; il est de 10% sur la pale. Sachant qu'elle ne représente elle-même qu'un quart du prix d'une éolienne.







Arrivée du premier Rafale Tranche 4

© Marine nationale

L'aéronautique navale a reçu, au sein de la flottille 11F basée à Landivisiau, son premier exemplaire de l'avion de combat Rafale M dit de 4ème tranche. Cet appareil (le Rafale M40) est le premier de sa série à disposer de nouveaux équipements augmentant sensiblement son système d'arme. Les écrans multifonction du poste de pilotage possèdent une lisibilité améliorée et le viseur tête haute offre une meilleure transparence. L'avion est équipé d'un nouveau répondeur-interrogateur IFF. La 4ème tranche voit aussi l'arrivée d'une nouvelle génération de détecteur infrarouge (DDM-NG) de détection de départ missile adverse. L'évolution la plus importante de cette série est la mise en œuvre du radar RBE2 à antenne active de type AESA. Ses capacités de détection sont ainsi sensiblement accrues offrant ainsi au pilote une meilleur efficacité au combat à longue distance comme à courte portée.



Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash




Remise du prix Daveluy

© Marine nationale

Le 3 juin 2014 s'est tenue dans la Bibliothèque des écrivains de Marine à l'Ecole militaire de Paris la cérémonie de remise du prix Amiral Daveluy dans son édition 2013. Cette année, et pour la première fois, le prix s'est ouvert aux Sciences de l'ingénieur, permettant une plus large reconnaissance de la Marine envers le monde universitaire. Sous la présidence de l'inspecteur général de l'Education nationale Tristan Lecoq, le jury a récompensé cette année :

-Monsieur Julien Marmain pour sa thèse "Circulation côtière en Méditerranée Nord Occidentale : courantométrie par radar HF et couplage avec un modèle numérique", à l'Université de Toulon;

-Monsieur Loïc Barbot pour son mémoire du Brevet Technique "L'avenir de la navigation astronomique dans la marine marchande";

-Monsieur le capitaine de frégate Emmanuel Boulard pour sa thèse "La défense des côtes, une histoire interarmées (1815-1973)", à l'Université Paris-Sorbonne;

-Monsieur le capitaine de corvette Loïc Boyer pour son mémoire "Perspectives de mise en valeur stratégique des voies maritimes arctiques par les Etats côtiers", à l'Université du Sud Toulon-Var;

-Monsieur Edern Olivier-Jégat pour son mémoire "Gestion et logistique des stations navales dans les Antilles de 1783 à 1789", à l'Université de Bretagne-Sud Lorient.




Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash


 • Serval : le 9 juin, un Mirage 2000D qui était en mission au Mali, s'est écrasé sur son transit retour sur le territoire nigérien, à mi-distance entre Gao et Niamey. L'équipage s'est éjecté. Le pilote et le navigateur sont sains et saufs.

 • La DGA réalise un deuxième tir d'essais de roquette à guidage laser depuis un Tigre HAD, au centre d'essais des Landes. Le Tigre a tiré la roquette de 68 mm à autodirecteur semi-actif sur une cible fixe en mer, à une distance de 3 100 m.

 • Aero Surveillance et Azur Drones s'allient pour mettre en oeuvre des solutions de surveillance aéroportée en réponse aux besoins croissants des drones civils et militaires. Cette alliance permettra de fournir des solutions complètes.

 • D'après la presse indienne, l'Inde prévoit de signer d'ici trois mois le contrat définitif de 126 avions Rafale à Dassault Aviation. Cette signature permettrait la livraison des 18 premiers avions à partir de la mi-2016.

 • Détachement sur la base polonaise de Malbork : le 2 juin, les quatre Rafale Air ont été relevés par quatre Mirage 2000 issus des bases de Luxeuil et d'Orange. Les effectifs du détachement s'élèvent à une centaine d'aviateurs.

 • D'ici les prochains mois, le Commandement des forces aériennes (CFA) va quitter la base aérienne 102 de Dijon pour Bordeaux. Près de 350 aviateurs sont concernés par ce transfert.

 • A l'instar des drones MALE américains, un drone MALE Harfang français en mission au Sahel a été piloté depuis la base aérienne de Cognac. Ce vol (une première pour l'armée de l'Air) s'est réalisé le 17 juin.

 • Le ministre de la Défense a confirmé la commande d'un quatrième sous-marin nucléaire d'attaque Barracuda. Le premier de la série, le Suffren, doit être mis en service d'ici la fin de l'actuelle loi de programmation militaire.

 • DCNS va signer un contrat pour fournir quatre corvettes Gowind à la marine égyptienne, avec une option sur deux navires supplémentaires. Le contrat est évalué à 1 milliard d'euros.

 •La frégate Fremm la Normandie a mené à Toulon une importante campagne de tests sur son système de combat. A cette occasion, un NH90 a réalisé un premier appontage sur la seconde unité du programme Fremm.

 •Le bureau d'études Pirenn, localisé à Arradon (Morbihan), et le chantier naval de Pont-l'Abbé ACCF ont livré le 2 juin le Styx, un prototype d'embarcation rigide fluviale d'assaut pour l'armée de Terre. Le Styx est motorisé par deux moteurs de 200 CV

 •Suite à un article dans le journal La Tribune, le Qatar souhaitant renforcer sa marine, pourrait se tourner vers la France pour acheter des navires de combat de premier rang. Les Qataris s'intéresseraient aux navires de DCNS.

 •Lors des cérémonies du débarquement en Normandie, la Marine nationale a déployé un lourd dispositif de protection armé par 900 marins. Deux frégates, un aviso, plusieurs chasseurs de mines et un avion ATL2 ont été sollicités.

 •La 17F équipée de Super Etendard Modernisés (SEM) réceptionnera ses premiers Rafale F3 en 2016. Par conséquent, le SEM sera maintenu jusqu'en 2017 alors que son retrait du service actif était prévu un an avant.

 •La Marine a réceptionné son premier Falcon MS. Il est intégré à la flottille 24F de Lann-Bihoué et complète la flotte des quatre Falcon 50 M. Trois autres Falcon MS devraient rejoindre la 24F d'ici à 2015.

Prochain bulletin d'actualité, le 1er septembre 2014


© Focus Défense/Pressland medias