Bulletin d'actualité N°81 - JUILLET et AOUT 2015



Opération Sangaris

© Armée de Terre

Lancée en décembre 2013, l'opération Sangaris a pour objectif de mettre fin aux affrontements en République centrafricaine entre ex-rebelles de la Séléka et miliciens anti-balaka. Les effectifs, qui ont été supérieurs à 2000 soldats engagés au plus fort de la crise, vont à présent diminuer sensiblement d'ici cet été. L'état-major des armées a annoncé que le format de la force Sangaris va passer de 1 700 à 900 militaires dans les toutes prochaines semaines. Ce retrait s'inscrit suite à l'annonce faite par le président de la République lors de ses vœux aux armées. Malgré cette réduction de format, la force Sangaris continue d'appuyer quotidiennement les casques bleus de la Minusca. Recentré sur Bangui, la capitale, les militaires français sont en mesure de se déployer rapidement dans le reste du pays pour appuyer les forces de stabilisation de l'Onu.



3ème édition de l'exercice Royal Blackhawk

© Armée de Terre

Organisé par le 1er régiment d'artillerie de Belfort, l'exercice franco-américain Royal Blackhawk s'est déroulé en Franche-Comté du 18 au 21 mai. La manœuvre d'artillerie comportait plusieurs phases aéroportées avec des hélicoptères de l'Alat et de l'US Army. Pour cette troisième édition, Royal Blackhawk a permis en outre de renforcer les connaissances des artilleurs français sur les procédures de combat (notamment héliportage de mortiers), d'appui feu aérien (Close Air Support et Close Combat Attack) et de l'aérocombat dans un contexte interalliés et interarmes. Les moyens mobilisés étaient importants. L'armée américaine mobilisa des hélicoptères de transport UH-60 Blakhawk et CH-47 Chinook, et l'armée française engagea des Gazelle, des Fennec, des Rafale et des Mirage 2000D. Sur le plan des effectifs, l'armée de Terre avait dépêché des sections de combat du 35e régiment d'infanterie, un groupe de génie de combat du 19e régiment du génie, et des soldats du 1er RA appartenant aux sections LRU et Cobra.

Livraison d'un deuxième Awacs modernisé


© Armée de l'Air
Le 20 mai dernier, Boeing a livré un deuxième avion de guet aérien Awacs modernisé à l'armée de l'Air. Dans un communiqué, le constructeur américain annonce aussi que la campagne d'évaluation et d'essai sur l'appareil rénové a été achevée avec succès, permettant ainsi sa mise en service opérationnelle au sein de l'armée de l'Air. Ce programme de modernisation à mi-vie (MLU) vise en particulier le système de mission au standard Block 40/45, développé à l'origine pour les Awacs de l'US Air Force. Les quatre Awacs français verront ainsi une augmentation de leurs capacités en matière de surveillance, de communications et de gestion des opérations aériennes complexes. L'avionneur, maître d'œuvre du programme, fournit tous les équipements et logiciels, et assure les services d'assistance technique et d'assurance qualité. En tant que sous-traitant, Air France Industries assure la mise à niveau des capacités de mission et des systèmes électriques et structurels des appareils. Pour rappel, un premier Awacs français rénové a été livré en juillet 2014. L'ensemble de la flotte doit être modernisé d'ici le troisième trimestre 2016



Exercice Artic Challenge 2015 (ACE 2015)

© Armée de l'Air

Du 26 mai au 4 juin, un vaste exercice aérien s'est déroulé à partir des bases militaires de Bodo (Norvège) et Rovaniemi (Finlande), et Kallax dans le nord de la Suède. Baptisé ACE 2015, cette édition impliquait près de 4 000 militaires et 115 avions appartenant aux forces aériennes suisse, suédoise et finlandaise ainsi qu'à six pays membres de l'Otan (Norvège, Etats-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, Pays-Bas et France). La France avait un détachement de huit Mirage 2000-5 de la base de Luxeuil qui était stationné sur la base finlandaise de Rovaniemi. Outre le renfort de l'interopérabilité entre partenaire, ces manœuvres aériennes visaient à envoyer un signal fort en matière de sécurité européenne vis-vis de la Russie. Pour mémoire, les gouvernements des trois pays scandinaves avaient lancé un appel en faveur d'une coopération militaire renforcée après avoir dénoncé l'attitude de la Russie, qui pourrait selon eux, employer des moyens militaires pour atteindre ses objectifs géopolitiques.

Avancement du programme FTI

© DCNS

Dans le cadre de la réactualisation de l'actuelle Loi de programmation militaire entérinée le 20 mai dernier, il a été décidé d'avancer le programme des frégates de taille intermédiaires (FTI), destinées à remplacer les cinq frégates du type La Fayette. La livraison de la première FTI à la Marine française est désormais programmée en 2023, soit deux ans d'avance par rapport au planning initial. La construction par DCNS de ce bâtiment de la tête de série débuterait en 2019. Les futures FTI qui devraient déplacer près de 4 000 tonnes seront complémentaires des frégates lourdes du type FREMM de la Marine. Polyvalentes et de conception modulaire, elles seront équipées d'un mât intégré avec radar panoramique à quatre faces planes à antennes actives et de moyens de détection ASM (sonar remorqué VDS et sonar d'étrave). Un hélicoptère NH90 et un drone pourront également être mise en œuvre ainsi que des embarcations rapides du type Hurricane. Quant au format de ce programme, on parle de construire trois à cinq unités. Tout dépendra des décisions finales attendues pour le programme FREMM.



Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash




Programme de modernisation du Charles de Gaulle

© DCNS

A compter du premier trimestre 2017, le porte-avions Charles de Gaulle subira son second arrêt technique majeur. Une période d'immobilisation de 20 mois qui comprendra des travaux d'entretien et de maintenance mais aussi une modernisation à mi-vie du bateau. Cet arrêt technique évalué à plus d'un milliard d'euros, va permettre une refonte en profondeur du système de combat et du central opérations (CO). Les différents radars, la conduite de tir, les systèmes optroniques et les réseaux informatiques seront ainsi modernisés. Des améliorations sont également prévues sur le système de surveillance centralisée des installations, ainsi que les systèmes automatisés de conduite de la plate-forme. Enfin, DCNS, le maître d'œuvre de cet arrêt technique majeur, effectuera les opérations de maintenance des chaufferies et le rechargement en combustible des deux cœurs nucléaires. Le carénage de la coque et la maintenance des deux catapultes seront également engagées, de même que la rénovation des installations d'aide à l'appontage.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash


 • L'actualisation de la Loi de programmation militaire 2014-2019 prévoit d'allouer 3,8 milliards d'euros de plus au budget de la Défense. Parmi ces 3,8 milliards, 500 millions seront affectés à l'entretien programmé des matériels

 • Selon le dernier bilan disponible, l'aviation française a procédé à 135 frappes (soit 5% des frappes totales de la coalition) contre Daesh en Irak, entre le 19 septembre 2014 et le 27 mai 2015. Ces tirs ont permis de détruire 202 objectifs.

 • Le nouveau modèle de l'armée de Terre, en cours de finalisation, prévoit un format de 6 brigades (3 brigades par division). Les effectifs supplémentaires qui seront recrutés cette année et en 2016 seront directement injectés dans les régiments.

 • CMI Defence, spécialiste dans les systèmes d'armes terrestres, et SILKAN, spécialiste des solutions de simulation virtuelle, s'allient pour donner naissance à la coentreprise AGUERIS, nouvel acteur français de la simulation militaire.

 • Le 21 mai, le ministère de la Défense roumain a réceptionné son dernier lot de 6 véhicules PVP (sur les 16 commandés en 2012). La version roumaine dispose entre autres, d'une protection anti-mine niveau 2A STANAG.

 • Le général Philippe Steininger va prochainement quitter le commandement des Forces aériennes stratégiques (FAS) pour rejoindre le SGDSN. Il sera remplacé par son second, le général Bernard Schuler.

 • Crash A400M : la DGA a expliqué que trois des quatre moteurs de l'appareil sont tombés en panne, et que les causes de l'accident pourraient être à chercher dans les calculateurs du Fadec, le système chargé du contrôle des moteurs.

 • Le ministère indien de la Défense indienne a déclaré que l'Inde ne compte pas acquérir plus de trente-six Rafale. Selon la presse locale, le programme d'acquisition de 126 avions serait donc abandonné faute de budget.

 •En raison des retards industriels dans le programme de modernisation des ATL 2, seuls deux appareils seront livrés à la Marine au cours de la LPM 2014-2019. Pour rappel, le nombre final d'avions rénovés est de 15.

 •Patrick Boissier est reconduit dans ses fonctions en tant que président du GICAN. Hervé Guillou, président directeur général de DCNS, fait son entrée au bureau du groupement en qualité de vice-président.

 •La Marine nationale a inauguré son premier simulateur NH90 sur la BAN de Lanvéoc-Poulmic. Développé par Sogitec, le simulateur MRTD permet de simuler les différentes missions des NH90 de la Marine.

 •La Marine va créer un nouveau commando au sein de la Force maritime des fusiliers marins et commandos. Il pourrait être baptisé "François", reprenant ainsi le nom d'un commando en 1953 qui combattu en Indochine.

 •Le 7 juin, les plongeurs démineurs de la Marine basés à Cherbourg ont procédé à la neutralisation de deux bombes anglaises, d'un fragment de bombe américaine et de 25 obus d'artillerie sur la plage de l'Hoverport à Calais.




Prochain bulletin d'actualité, le 1er septembre 2015


© Focus Défense/Pressland medias